Home > Projet
team

Un projet né d’une rencontre entre deux univers artistiques

Ce projet résulte de la rencontre de 2 univers artistiques, celui de Daniel Depoutot, créateur d’automates déjantés et d’horloges monumentales s’inspirant de modèles anciens, avec celui de Michel Reverdy, musicien, metteur en sons et espace.

La célébration du millénaire leur a offert l’occasion de proposer une installation d’art contemporain rendant hommage à l’un des joyaux de la cathédrale, la fameuse horloge astronomique, dont les diverses versions s’échelonnent au cours des siècles et scandent son histoire.

A l’image des premiers « compte-temps », l’Horloge du Millénaire sera mue par des poids-moteurs et régulée par un système d’échappement « à roue de rencontre » surmonté d’un foliot (l’ancêtre du balancier). Cette installation se composera, en plus de l’horloge proprement dite et de ses mécanismes sonnant les heures, d’une sarabande d’automates, chimères, squelettes et autres machines hybrides…

Rythmées par la « roue de compte » ou « chaperon » et comme le génial ouvrage de Schwilgué de l’horloge astronomique, les sculptures s’animeront à intervalles réguliers l’espace de quelques instants, pour se mouvoir en un véritable ballet mécanique. Des éclairages sobres et étudiés contribueront à faire de cette installation une véritable « Absolutotalgesammtkunstwerk » (« œuvre d’art totale »).

Placés dans une structure d’échafaudage (11 m de haut pour celui monté à la Région Alsace), et comme dans un écorché anatomique géant, organes moteurs et régulateurs, cerveau-programmateur, transmissions, tendons, cordes et poulies, articulations, rouages et engrenages se donneront à voir, à comprendre, à « lire ».

« L’Horloge du Millénaire » était initialement envisagée dans la Cathédrale, en face de l’Horloge Astronomique contre le mur ouest du transept sud, où des traces de scellement de la 1ère horloge astronomique du XIVe siècle (dite « Horloge des 3 Rois ») sont encore visibles. Mais l’Evêché, puis la DRAC s’y sont opposés et ont donné un avis défavorable à cette proposition, malgré l’engouement, une année durant, des autorités religieuses… Les porteurs du projet se sont alors tournés vers la SNCF et vers la Région Alsace, pour ériger cette installation en été 2015. L’installation a été montrée au public du 20 juillet au 20 août 2015 sous la grande verrière de la gare, puis -dans une forme nouvelle- du 24 août au 24 septembre dans le hall de la Maison de la Région Alsace.